Alma, jeu de rôle narratif horrible et merveilleux – Partie du 17 avril 2018

Laurent étant de retour de vacances, nous allons pouvoir terminer de jouer la scène que son personnage, Rêve du Néant, avait entamée.
Oublions donc les PJ et leurs compagnons sur leur crête, épiant la base pirate et se demandant ce qu’ils vont faire dans cette galère.
Et retournons un peu en arrière…

Les PJ et leurs compagnons longent la côte de sable clair, ponctuée de cocotiers, bananiers, hibiscus en fleur, en quête de leurs amis disparus, et d’éventuelles populations pittoresques qui occuperaient l’île.
Si Bémol et Sable Argent font un excellent travail d’enquêteurs touristiques, testant les criques, les fruits locaux, la capacité de la mer à permettre la matérialisation de poissons et fruits de mer savoureux.

Rêve du Néant, pour sa part, balaie le paysage en quête de traces de vie intelligente, évitant donc ses compagnons. Et prêtant même attention aux pentes qui s’élèvent vers l’intérieur de l’île, nonobstant avec courage le fait qu’il faudrait grimper pour les explorer, un effort que ses amis, gavés de cocktails, trouveraient indécent.

Qu’importe, il a tout le temps de grimper pendant qu’ils babillent sur la plage.

Et la manière dont la pente s’élève lui évoque des terrasses délimitées de murs de pierre sèche.
Il s’y aventure, découvre, à la faveur de la lumière rasante, de curieux motifs dans le gazon, lui donnant une impression de mort, d’échec, d’amour vain. Il s’y engage, respectueux, funèbre, atteint une petite maison où il découvre les corps de deux vieillard, morts enlacés, et paraissant de sinistres berceaux du vide.

Vide, c’est à voir. Rêve du Néant est exorciste. Et après une interaction fructueuse, durant laquelle il détermine que les deux morts auraient aimé engendrer une ribambelle d’enfants joyeux,
il se concentre sur des notions de fécondité, et appelle à lui uriën, la force de vie, en bon guérisseur qu’il est.

Passons les détails : quand il revient vers ses camarades, il est possédé par un adorable couple de fantômes, dont la présence, hélas, le rend stérile. Ses invités lui font leurs excuses les plus sincères, et entreprennent de se glisser dans les esprits des autres personnes présentes, pour voir si leur fécondité résistera mieux. Une levée générale de boucliers psychiques les en empêche, et un retour à la courtoisie est décrété.

Les PJ et leur compagnons se consacrent alors à la tâche délicate de permettre à deux fantômes de créer une famille heureuse.
Ils dialoguent avec le couple, reconstituent leur étrange histoire familiale, et en viennent à soupçonner qu’ils seraient tous deux les réceptacles de forces obscures dont la combinaison en un unique individu aurait des conséquences néfastes. En ce sens, leur stérilité fut une bénédiction.

Mais est-il vraiment impossible de concilier le bonheur individuel et la sécurité planétaire ? Les PJ pourront sûrement concevoir une solution viable, en utilisant sagement leur instinct de survie qui leur permet de déterminer les risques qu’ils encourent à réaliser un projet.

Conclusion : les enfants ne peuvent pas être humains, mais des végétaux intelligents feraient l’affaire. Or les PJ viennent justement de visiter Halima, célèbre pour ses fruits sauteurs, de l’essaim de grain de sable balayant les rues aux pastèques bondissantes qu’il vaut mieux esquiver, sauf si l’on préfère se jucher sur elles pour suivre leur parcours en quête d’un lieu pour se semer.

Ils gagent que leurs talents de guérisseurs, de médecins, et l’imagination fertile de Si Bémol, sauront inventer des enfants parfaitement adaptés.
Avec finesse, ils aident le vieux couple à imaginer ses futurs enfants, leurs jolies écorces si vivement colorées, leurs formes rebondies, et leurs pérégrinations insouciantes dans la nature.

Il reste à Rêve du Néant de jouer la mère porteuse.
Sable Argent, dont l’amante est ovipare, lui propose bien de pondre; puisqu’il sait se changer en menhir, il suffirait de rajouter deux pattes pour qu’il fasse un manchot empereur correct. Et il sèmerait plein de petits œufs polychromes dans le gazon, dont écloraient des plantes.

Bien que l’idée d’adapter son corps à la ponte d’un œuf de pastèque soit un défi intéressant (même s’il préfère tenter d’abord le melon, voire la cerise, puis la mirabelle, et la pomme), Rêve du Néant n’a guère d’affinités pour les oiseaux.
Il consacre quelque temps à altérer sa nature, jusque-là très minérale,
afin de se rapprocher des arbres, ces formes de vie aussi fermes et dignes que lui, mais capables de former des fruits. Après tout, ils ont la mousse en commun, et puis, son régime alimentaire n’est-il pas constitué de racines assez fermes pour lui donner l’impression qu’il broie du roc ?

Ses compagnons lui creusent une fosse, dans laquelle il descend, puis se change en pierre ligneuse. Ils l’enterrent, et décorent ce qui sera à la fois sa tombe, et la chambre des petits, de fleurs. La mort, et la renaissance, seraient donc une question de choix sagace du compost ?
Ainsi enfoui, il prend son temps, étendant ses racines dans le sol, se liant aux flux d’uriën, puis infiltrant ses pousses à travers le sol, vers la lumière, où il les charge de fleurs, de fruits.  Il laisse les fantômes en lui choisir celui qu’ils préfèrent, car ils l’investiront avec toutes les petites graines qui donneront leurs enfants.

Il baigne tout entier dans la paix, et l’attente joyeuse, quand il remarque en lui deux zones d’ombre : tiens, oui, les deux puissances néfastes qu’il ne fallait pas combiner dans un seul être semblent très contrariées de finir leurs vies en légumes. C’est qu’elles avaient prévu de détruire le monde, elles. Déjà qu’elles viennent de passer plus d’un siècle à vieillir sur une île, puis à flotter dans une pénible inaction avec deux fantômes amoureux…

Pourquoi faut-il toujours que les PJ ne respectent que les désirs des gentils ? C’est de la discrimination, voilà ce que c’est.

Dans un souci louable de leur épargner une vie qui ne les séduit pas, et peut-être bien d’éviter qu’ils ne trouvent comment contrôler et corrompre la petite famille, Rêve du Néant accepte la proposition de l’un de ses dieux, Llagantis, Seigneur du Néant et Tisseur de Drames : lui confier l’une des forces, et offrir l’autre à son autre dieu, Graeyven, le Dieu de Bonté. Difficile de faire plus éloigné. Et si, vraiment, la volonté de se combiner des deux puissances parvient à rapprocher Llagantis et Graeyven… ils prieront Rêve du Néant de bénir leur union.
Et ils tordront le cou eux-mêmes aux projets des puissances, qui n’en sont vraiment pas en comparaison de la leur.

Ceci réglé, Rêve du Néant laisse sereinement les deux fantômes s’incarner dans leur fruit préféré, se détacher de la tige qui leur donna la vie, et s’éloigner de lui.

À l’extérieur, Sable Argent et Si Bémol, qui picolaient sur la plage, admirent la chute des arbres que fauche la pastèque sur son chemin. Elle absorbe à mesure leur uriën et leur matière, croissant, et dégageant une zone plus vaste.
Elle finit par exploser joyeusement, semant ses graines dans tout le périmètre, et elles germent, jaillissent, croissent, avec une vigueur que Si Bémol trouve bien normale : depuis quand faut-il attendre entre un désir et sa réalisation ?

Rêve du Néant, émergeant de la terre, considère pensivement les escargots à deux têtes qui terminent certaines branches, et se demande s’il n’aurait pas créé un monstre. Mais bah, cela semble un monstre heureux, et vu ce qu’ils ont déjà découvert sur cette île, ce sera assorti.

Les PJ peuvent donc poursuivre leur chemin, et se retrouver, quelque temps plus tard, sur une crête, à épier une base pirate, et à conclure qu’ils n’ont vraiment aucune affinité avec cette bande de grossiers personnages.

Tant mieux, s’il faut tous les tuer, ils n’auront pas de regrets. L’essentiel, dans la vie, c’est de toujours voir le bon côté des choses, non ?

 

3 thoughts on “Alma, jeu de rôle narratif horrible et merveilleux – Partie du 17 avril 2018

  1. Marcio 02/05/2018 at 10:02

    Merci pour ce beau résumé de partie

  2. Japy X 28/07/2018 at 04:49

    Punaise!!! Géniale l’idée de votre club dont je découvre l’existence.
    Combien de romanciers en puissance parmi vos joyeux gnomes membres.
    La seule lecture du résumé de cette partie m’a mis en transe.
    Serait-ce du mieux que du Harry Potter dont le Moldu que je suis n’a jamais lu la moindre ligne ni vu une seconde d’un seul dès films?
    Je vais me faire violence et m’atteler à mériter de vous rejoindre.
    Vous fréquenter sera une excellente thérapie pour vaincre ma timidité et rompre avec mon isolement.
    Svp, acceuillez moi chaleureusement pour une période d’essai, ne serrait-cé qu’en observateur aussi discret que profane.
    Je suis joignable à l’adresse de mon courriel.
    A très bientôt et longue vie à votre excellente idée
    Amicalement gnome en devenir j’espere
    Japy

    • GnomeLudiqueAdmin 28/07/2018 at 13:18

      Bonjour Japy,
      Content que tu aies apprécié ce résumé, et que tu veuilles nous rejoindre !
      Je t’envoie tous les détails pour ce faire par mail.
      Longue vie à toi aussi et à tout bientôt à une table de jeu,
      Armand

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.