Alma : comment ça, je fais une belle cible ?

Nébuleux Papillon est enfin libre !

Mais son ivresse joyeuse ne dure que quelques instants, puis son instinct de survie s’inquiète, gâchant sa joie toute neuve : être belle, riche, inexpérimentée, et dénuée de tout protecteur, fait d’elle une cible.

Il lui faudrait un endroit où se réfugier, mais qui l’accepterait, sans exploiter ses charmes, sans la dépouiller de sa fortune, que son incompétence lui rendrait bien difficile de protéger ?

Se souvenant de la manière dont les Chimères se sont enfuies devant elle à la capitale, elle consulte un maître exorciste, car peut-être a-t-elle le don ?
En ce cas, elle serait un bien public qu’il aurait l’obligation d’héberger et de former, lui procurant ainsi la certitude d’un travail certes risqué, mais stable et lucratif.

Hélas, l’expert lui certifie qu’elle est dépourvue du don.
La sentant très égocentrique et guère futée, il évite de lui dire que, d’après les informations reçues de la capitale, elle n’a fait que déchirer le Voile et livrer passage à un dieu, non exercer un talent utile à la société.

Autant il la trouve ravissante, et pourrait imaginer en faire une épouse, autant il n’a guère envie qu’au prochain mécontentement, inévitable même dans un couple heureux, elle n’en appelle à nouveau aux dieux et dévaste sa précieuse école aménagée avec amour et patience.

La jeune fille poursuit donc son chemin, se fiant à son instinct de survie, et arrive à Trois-Ponts, devant une école d’exorciste.
Elle contemple la vaste bannière portant l’emblème de Bleu Nuit, maître exorciste en charge du terroir de la cité, les montants sculptés et peints de la porte, avec leurs délicats échassiers prêts à s’envoler, joignant les eaux terrestres et le ciel décoré de nuages, et elle se sent arrivée devant le havre que son cœur désire.

Un garçonnet sort alors, porteur d’une pancarte décorée avec ostentation, sur laquelle figurent ces mots :
« Auguste domicile de Sa Splendeur Magnificente Poupon d’Ange, Aimable Protecteur Exilé de l’empire.
Entrez et prosternez-vous, vous qui soupirez après un Souverain parfait dont vous êtes privé par un odieux complot (la suite illisible en petits caractères ».

Il tente de la fixer au mur, mais elle tombe avec une remarquable persévérance.

Nébuleux Papillon s’approche de lui, et commence l’un de ces monologues dont elle a le secret :  
–   Eh, petit ! Tu pourrais me…
Mais l’enfant, glacial, se tourne vers elle :
–  Nous connaissons-nous, mademoiselle ? Je ne crois pas qu’on ait commis l’erreur de vous présenter à moi.
– Euh non, mais tu pourrais…
– Désirez-vous faire partie de mes partisans, malgré votre manque d’éducation manifeste ?
– Euh…
– Auquel cas, voici votre premier test : faites tenir cette pancarte, montrez-moi que vous pouvez m’être utile.
– Mais je ne veux pas vous être utile !

Il la toise, et rentre dans l’école, emmenant sa précieuse pancarte, malgré sa trahison manifeste : comme toutes les autres, elle refuse de proclamer sa grandeur, et le condamne à un exil sans gloire, solitaire et affligeant.
Mais il saura créer la suivante, celle qui resplendira sur la façade de l’école.
Puisqu’il vous le dit.

L’air frémit un instant du vide laissé par cette auguste absence, puis sort un autre enfant, au pas léger de danseur, des ailes immaculées encadrant son dos, ses cheveux clairs relevés en chignon gracieux orné de bijoux d’or.
Il paraît flotter dans la clarté de ses vêtements soyeux, et elle hésite un instant : serait-il un dieu de la danse, descendu effleurer les mortels de sa splendeur, surgi de l’obscurité pour l’éblouir ?

Alors qu’elle hésite à s’adresser à un être si parfait, il lui parle, d’une voix où résonnent les clochettes célestes, ou est-ce à ses chevilles qu’elles frémissent au moindre de ses mouvements ?
– Bonjour madame ! T’es gentille ou t’es méchante ?
– Euh… je…
– Bah, si t’étais méchante, tu le saurais, non ?
– Euh…

Eh bien, si c’est un dieu, son ineffable simplicité s’avère au final précieuse, puisque Nébuleux Papillon apprend l’essentiel : pas question de s’installer dans l’école de Bleu Nuit si l’on n’est exorciste soi-même, car il y a déjà eu trop de parasites.
Et pas moyen d’espérer monnayer sa virginité, les exorcistes sont chastes.

Nébuleux Papillon s’installe chez un glacier en face de l’école, et observe les lieux, décidée à trouver une faille. Dès qu’un enfant lui paraît assez serviable et assez niais pour être interrogé, voire manipulé sans scrupules, elle le convie à manger une glace.
Et pendant qu’elle ravit ses papilles, elle s’efforce de lui tirer les vers du nez, c’est bien équitable, non ?
Hélas, elle n’apprend rien d’utile, sinon que l’appétit des mioches semble sans limites.
Peut-être leur maître les affame-t-il ? Bah, elle en profitera pour garder une ligne parfaite !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.