Doudous et Dentiers : partie du 30.11.2019

Un Noël d’enfer !

La vie n’est toujours marrante quand vous êtes un.e senior.e. un peu cinglé.e ou un.e jeune enfant, car personne ne vous écoute

Dommage, car vous êtes l.e.a seul.e au courant que l’institut St-Vincent – où vous êtes pensionnaire – est construit sur une porte des ombres.

Seul point positif : le lieu vous confère quelques capacités vaguement magiques…
Comme donner vie à votre doudou ou devenir pour quelques instant une personnalité connue.

Nous sommes la veille de Noël et les quelques pensionnaires de l’institut qui n’ont pas ou peu de famille vont rester dans sur place pour les fêtes de fin d’année.
Pas de bol, vous en faites partie !

Les « héros » de cette aventure sont trois seniors et une enfant – Dexter (le magicien foireux), Ol’BuBa (le vieux rocker), Loraine (la Mamy-gâteau) et Zoé (la petite fille modèle).

Après une discussion soutenue sur l’éthique à observer, ou non, par les jeunes femmes, le groupe va découvrir que des faux cadeaux forts inquiétants sont distribués aux pensionnaires et que parmi ces derniers, certains sont introuvables.
Leur ami Pablo le vieux peintre a disparu !

Ils choisissent donc d’enquêter durant la nuit et d’aller visiter sa chambre, qui est fermée à clé. Dexter réussit à ouvrir la lourde porte grâce à un tour de passe-passe (et une gorgée de rhum).

Ils découvrent que la pièce a été fouillée et que seul reste un tableau abimé qui représente une plage paradisiaque.

Notre scooby-gang va rencontrer un petit démon nommé Zebu qui vient de voler les pinceaux du vieux peintre, puis un second démon nommé Perid qui, lui, a volé sa palette de peinture.
Ce dernier est poursuivi par Loraine sous la forme de son avatar magique : Samantha, ma sorcière bien aimée !
Après un petit gigotement de nez, elle poursuit (armée d’un balai magique) le diablotin et finit par retrouver un autre tableau de Pablo dans lequel Perid a caché la palette. L’œuvre représente une scène de “Les Temps Modernes”, le film de et avec Charlie Chaplin.

Oh émerveillement ! il est possible d’entrer dans le tableau…
Seul hic, impossible de parler car c’est un film muet.
Après de nombreuses péripéties, ils récupèrent la palette.
Un des plus beaux moments de la scène : Zoé transformée en ouvrière vide sa burette d’huile au sol pour faire glisser un groupe de policiers, qui sont emportés par leur élan. Ol’BuBa en rage les assomme un par un durant leur glissage avec une clef à molette géante.

Zoé essaie de réparer la toile, mais cela semble difficile sans les pinceaux de Pablo.
Elle crée, presque par erreur, un personnage dans le tableau : son idole, la chanteuse japonaise Ayano Tsuji.

Le groupe part à la recherche d’un second tableau où sont cachés les pinceaux, mais ils sont attaqués par une caisse de métal avec une énorme mâchoire… c’est l’un des faux cadeaux, en réalité un démon métamorphe, rien que ça.
Le bruit de l’altercation alerte les gardes et nos héros sont raccompagnées dans leurs chambres.

Zebu aide nos héros de façon involontaire en assommant les gardes de l’institut, il se fait ensuite tirer les vers du nez par Dexter qui se fait passer pour une figue mûre… car si les démons n’aiment pas trop les humains, ils ne savent résister à une petite gourmandise bien sucrée.
Ils apprennent ainsi que le second tableau est caché dans le garde-manger, et sont contraints de se réfugier à l’intérieur de la toile de toute urgence, car des dizaines de démons métamorphes les poursuivent.
Pocahontas, qui est l’amie imaginaire de Zoé, se charge de cacher l’œuvre.

Cette fois-ci la bande arrive dans un Mexique hollywoodien et rencontre une caravane de mariachis qui se rend à une fête à San-Juan.
Sur place, ils assistent à l’enlèvement de Mariela, la fille du maire de la ville, par l’infâme Juan-Pablo, un bandit sans honneur.
Ils le poursuivent durant des heures.
Dexter échange sa place avec Mariela en utilisant son pouvoir d’imposture, sans être démasqué par Juan-Pablo, certainement à cause de son absence de moustache.

Les amérindiens du coin attaquent le groupe, la situation semble désespérée. C’est alors que Ol’BuBa choisi d’invoquer son avatar : le King – Elvis Presley.

Le groupe se retrouve donc téléporté sur scène à Las Vegas devant un public de 7500 personnes, les amérindiens sont au premier rang.
Elvis/Ol’BuBa chante une version déchirante de « Can’t help falling in love ». Mariela et Juan-Pablo (qui n’est pas si méchant que ça au final) s’avouent leurs sentiments réciproques.
Le King les marie sur scène.

Fin de l’hallucination collective et retour à San-Juan, fête, cuite, mariachis et burritos.

Puis retour à l’institut pour réparer le dernier tableau avec le nécessaire de peinture de Pablo.
Une fois passés au travers du tableau fraichement réparé, le groupe débarque sur une plage des Caraïbes !
Là ils retrouvent Pablo et son amie Sandy Claws qui est en fait… le Père Noël (seule une femme peut réussir un tel travail d’organisation, d’après elle).

Après une discussion à cœur ouvert en mangeant des crèmes glacées, Sandy fini par se confier.
Il y a bien longtemps, elle a arnaqué Malebolgia, le diable himself ! pour obtenir de lui la vie éternelle, mais aussi pour transformer chaque 24 décembre tous ses démons en lutins pour fabriquer des cadeaux de Noël !
Ce qui énerve grandement les créatures malfaisantes…

Zoé rencontre Ayano Tsuji qui lui offre un ukulélé magique qui lui confère un don de clairvoyance et augmente ses capacités mystiques.

En sortant finalement du tableau, la bande se retrouve en fâcheuse posture face au diable et ses 1001 démons. Une dispute de couple éclate entre Sandy et Malebolgia : oui, son ex, c’est Lucifer, littéralement.

Loraine défie le diable au poker car il est très fort aux dés mais relativement nul aux jeux de cartes, d’après Pablo. Le groupe se retrouve à une table de poker et ils n’ont pas intérêt à tricher, Malebolgia ne supporte pas ça.

En combinant les pouvoir d’Elvis, de Samantha la sorcière, de Dexter le Magnifique et du ukulélé de Zoé ils réussissent à vaincre le Malin.

Il reconnait sa défaite… et accepte donc de faire une thérapie de couple avec Sandy !

Cette dernière transforme les démons en lutins et l’enfer en atelier rustique, pour fabriquer des jouets mignons tout plein.

Un très grand secret est alors révélé : c’est Malebolgia qui enfile le costume du Père Noël chaque année pour faire la livraison des cadeaux… sous la pression de l’irrésistible Sandy Claws.

Nos amis se retrouvent finalement tous à table le soir de Noël, pour déguster une bonne bûche !
Mais dans leurs chambres les attendent de superbes cadeaux, courtoisie du diable et de Sandy qui sont forts reconnaissant de s’être réconciliés grâce à eux.

Des cadeaux qui vont changer leurs vies à jamais !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.