Alma – De l’autre côté du mur

Un point de vue sur la quête du triplé : journal de Sang Froid

« J’ai posé une table en face du grand mur blanc, redevenu uni. Il ne porte plus de trace du passage qui s’ouvrit pour nous laisser entrer, et créer le berceau où renaîtrait mon frère.

Il serait simple d’oublier les efforts consentis pour qu’une renaissance, et surtout, une purification, deviennent possibles. Jusqu’à la chair offerte par deux enfants sautant des plus hautes branches, recréés seulement d’un ossement chacun.
Je me souviens du son de ces os taillés en flûtes, imprégnant le berceau d’une mélodie si claire que je croyais sentir mes vices s’évaporer, et j’hésite encore entre vomir et pleurer de reconnaissance. Ils ne pouvaient offrir qu’eux-mêmes, et l’on fait, sans rien retrancher d’autre qu’une chance de revenir pour se réjouir de notre succès.
N’empêche, j’aimerais bien réussir à les regarder à nouveau dans les yeux, plutôt que de lorgner leurs tibias.

Je pourrais oublier, comme j’ai laissé filer des années de ma vie, dans l’eau des caniveaux.

Mais je m’y refuse, donc j’écris.

Je ne m’essaie pas à la calligraphie, qui demande plus de souplesse, d’esthétique et de maîtrise que je n’en possède. Mais, ma tasse de tisane calmante à portée de main, je trouve les cursives rassurantes, avec leur côté carré et faussement franc. Familières, pour tout dire.

Venant de l’autre côté du mur, je crois sentir l’odeur de forêts lointaines, et entendre le tintement des pendentifs décorant les arbres torsadés qui servent de matrice à l’esprit de mon frère. Et à sa compagne de croissance, cette veuve si triste, et si dangereuse, qui a trouvé moyen de convaincre ma mère qu’elle ferait une charmante addition à notre famille.
Je sais bien que ma mère est analyste stratégique, mais je n’oublie pas que mes parents sont déjà morts une fois d’un excès de générosité.

Je me méfie de la nouvelle venue, et je crois que l’amour maternel peut être aveugle, et surestimer dangereusement ses pouvoirs curatifs. Mais tous semblent avoir décidé de prendre le risque, comme ils le font avec moi.

Je ne suis pas exactement le plus fiable des alliés, malgré mon enthousiasme, et mon fonds que je pense bon, sans avoir pu le décrasser suffisamment pour jamais m’assurer de ce point.
Je crois pourtant que l’étrange quête de mon triplé m’a permis d’évoluer.

Je pense toujours que les habitants de Trois Ponts sont fous ; mais leur démence semble plus efficace que mes efforts pour demeurer raisonnable, comme s’ils dansaient au son d’une flûte invisible qui les guide vers leur but, alors que je demeure sourd, et prisonnier de mon impuissance.

Et je dois avouer qu’ils sont également plus courageux et plus généreux que je n’aurais pu l’imaginer. Je leur voue toute ma gratitude pour l’aide apportée à ma famille.

N’ai-je pas vu un maître exorciste, un grand prêtre, et un responsable de la paix publique, risquer leurs places et jusqu’à leurs têtes pour sauver un unique enfant, qui ne leur était rien ?

N’ai-je pas vu les deux fragments restants d’un souverain retiré mettre en jeu leur retraite bien méritée pour tenir des engagements qu’ils avaient librement pris à l’égard d’inférieurs, et qu’aucun d’entre nous n’aurait eu la puissance d’exiger d’eux ?

Un révolutionnaire luttant pour ne pas désespérer face à un pouvoir écrasant et aux coups de dieux cruels, prenant sur lui d’aller traiter avec l’allié de ses bourreaux pour négocier la liberté de mon frère ?

Et l’un de ces bourreaux, le fléau de l’empire, épanoui et détendu dans les terres qu’il assemble par la seule force de son esprit, dans des flots de lumière ruisselant en cascades ? Adapté au pays qu’il crée autour de lui ? Prêt à nous écouter, prêt à nous assister ?

Tout cela pour réaliser que mon triplé, pensé mort, était devenu un traître et le serviteur d’une cause plus sombre que je ne veux l’envisager, moi qui ai pu regarder par les yeux d’un dieu les dangers qui menacent le monde.

J’ai vu mon jumeau enivré du plaisir d’être allié à un fléau, de voler dans le sillage d’un monstre, plutôt que de périr parmi les faibles. Je l’ai vu déployé par la puissance d’autrui, étendu sur le monde, supérieur à nous tous.

Et j’ai réussi, bien soutenu, à le convaincre de revenir vivre parmi nous, dussions-nous partager le même sort funeste.

J’ai vendu à un être la vulnérabilité que je déplore moi-même.

Et je ne sais si je dois m’en réjouir.

Comme de tant d’autres choses dont j’ai été témoin, alors que nous allions de place en place pour créer le rituel permettant le retour de mon frère.

J’ai gravi un autel formé de sarcophages retenant des prisonniers obstinés à durer, malgré leur réclusion, habités par l’espoir d’un avenir meilleur.

Sur ces vieux rocs moussus, ou marbrés de racines, ou verdis par les eaux, j’ai étendu mon corps, et déposé ma tête dans le giron de ma sœur.

Sur un souffle d’espérance, nos esprits se sont envolés, portés par la puissance que partageait ma sœur de ses doigts caressant mon front.

Nous avons côtoyé un manteau tournoyant, comme l’ombre d’un titan portée sur mon pays, formé d’âmes devenues des plumes écrivant un futur plus obscur que les nuits les plus noires.
Et chacun de nos vices nous y offrait une place, et jusqu’à la blancheur dont ma sœur est si fière en faisait une esclave, celle de son propre orgueil.

Nous avons abdiqué les défauts par lesquels nous nous vengions du monde, les hochets pathétiques d’enfants insatisfaits. Nous avons évolué.

Et nous sommes revenus, emmenant notre frère jusqu’au temple des morts où la Compassion lui a rendu la vie. Quand je ferme les yeux, je retrouve la paix de cette cuvette gazonnée aux courbes parfaitement polies, j’entends le frais murmure des rivières invisibles dont le cours s’y croisait, je parcours du regard les tortueux replis des vieux pins alanguis, et pourtant vigoureux.

Et le vent murmurant entre les huit portiques des Dieux Cueilleurs de Morts me rappelle que les dieux ne sont pas ce qu’on croit, que le monde est un voile recouvrant une horreur qui détruirait l’esprit, ou briserait le cœur devant tant de splendeur.

Les souvenirs en moi tourbillonnent encore, et j’ignore ce que je serai quand ils retomberont.

Capable de nier que le monde est bien plus que ce que je pensais ?
Qui sait ?

Pas moi, et c’est toujours cela d’appris. »

Alma – campagne 2

Alma est un jeu narratif créé par Armand Gerfaut (qui anime la partie), durant lequel joueurs et animateur collaborent pour raconter l’évolution des personnages dans un monde de high fantasy horrible, merveilleux, et attachant qu’ils apprennent à connaître et à modifier.
Il met l’accent sur les interactions sociales avec des personnages hauts en couleur et la résolution collective de problèmes déroutants, qui vont de l’incident local à la politique planétaire.

Nouveaux joueurs toujours bienvenus (y compris débutants).

Pour plus de détails, consultez le livret d’introduction pour nouveaux joueurs (lien Dropbox, le fichier peut être téléchargé).

Merci de contacter le maître de jeu avant la partie, afin de savoir si elle a bien lieu !

Alma – campagne 2

Alma est un jeu narratif créé par Armand Gerfaut (qui anime la partie), durant lequel joueurs et animateur collaborent pour raconter l’évolution des personnages dans un monde de high fantasy horrible, merveilleux, et attachant qu’ils apprennent à connaître et à modifier.
Il met l’accent sur les interactions sociales avec des personnages hauts en couleur et la résolution collective de problèmes déroutants, qui vont de l’incident local à la politique planétaire.

Nouveaux joueurs toujours bienvenus (y compris débutants).

Pour plus de détails, consultez le livret d’introduction pour nouveaux joueurs (lien Dropbox, le fichier peut être téléchargé).

Merci de contacter le maître de jeu avant la partie, afin de savoir si elle a bien lieu !

Alma – campagne 2

Alma est un jeu narratif créé par Armand Gerfaut (qui anime la partie), durant lequel joueurs et animateur collaborent pour raconter l’évolution des personnages dans un monde de high fantasy horrible, merveilleux, et attachant qu’ils apprennent à connaître et à modifier.
Il met l’accent sur les interactions sociales avec des personnages hauts en couleur et la résolution collective de problèmes déroutants, qui vont de l’incident local à la politique planétaire.

Nouveaux joueurs toujours bienvenus (y compris débutants).

Pour plus de détails, consultez le livret d’introduction pour nouveaux joueurs (lien Dropbox, le fichier peut être téléchargé).

Merci de contacter le maître de jeu avant la partie, afin de savoir si elle a bien lieu !

Alma – campagne 2

Alma est un jeu narratif créé par Armand Gerfaut (qui anime la partie), durant lequel joueurs et animateur collaborent pour raconter l’évolution des personnages dans un monde de high fantasy horrible, merveilleux, et attachant qu’ils apprennent à connaître et à modifier.
Il met l’accent sur les interactions sociales avec des personnages hauts en couleur et la résolution collective de problèmes déroutants, qui vont de l’incident local à la politique planétaire.

Nouveaux joueurs toujours bienvenus (y compris débutants).

Pour plus de détails, consultez le livret d’introduction pour nouveaux joueurs (lien Dropbox, le fichier peut être téléchargé).

Merci de contacter le maître de jeu avant la partie, afin de savoir si elle a bien lieu !